27 février 2017 ~ 0 Commentaire

Du libertinage en politique.

C’est dans l’excitation de la campagne lorsque le taux de testostérone booste la libido de nos hommes politiques qu’apparait… le libertinage électoral. En proie au désir fugace de se qualifier pour le second tour ils se tournent autour, se scrutent, paradent, s’envoient des lettres, éructent en brandissant les derniers sondages, sorte de rite animal définissant qui à la plus grosse, afin d’imposer sa domination sur l’autre. C’est dans cette ambiance, entre gesticulations et regards enjoleurs, qu’ils se découvrent soudainement des points communs et se livrent aux unions les plus contre nature.

L’exemple le plus flagrant se situe du côté de la gauche avec le couple Bayrou-Macron et le triangle amoureux Mélenchon-Hamon-Jadot.

Les premiers frôlent le ridicule tellement les ficelles sont grosses. Quand l’homme mur, député au tracteur,  recherchant à revivre ses premiers émois politique s’encanaille d’un jeune arriviste, représentant de la gauche mondialisée, cela relève plus de la thérapie personnelle que du sens de l’unité nationale. Comme quoi on peut être d’accord sur rien deux mois auparavant et une fois un groupe parlementaire promis succomber au coup de foudre. Hé oui c’est la magie de l’amour…

Ne perdons pas de vue non plus, un peu plus à gauche, le triumvirat obsédé par le « jour d’après » . Si benoit Hamon est prêt à toutes les compromissions (comme le démentèlement total de notre filière nucléaire) pour récupérer les malheureux 2% de Jadot, il fait nettement plus sa « boudeuse » concernant les 10% de Mélenchon car partager le leadership voir même le concéder est à proprement parler inacceptable. La France est comme à toutes les élections à un « tournant historique » mais quand l’Histoire rencontre l’égo de monsieur Hamon ou Mélenchon elle est finalement bien peu de chose… Vouloir faire gagner ses idées, aider les français, faire rayonner la France… toutes se belles paroles balayées d’un revers de main et sacrifiées sur l’autel des ambitions personnelles.

Comme un couple divorcé aux rancoeurs encores vives, ils se reprochent mutuellement l’échec de leur union, ne reconnaisant pas les tords partagés ils accusent, montrent du doigt, ironisent, donnent des leçons bref rejettent toute responsabilté de l’échec. Est ce une attitude de présidentiable? certainement pas!!! Est ce une attitude à la hauteur des français? Biensûr que non!!!

Si les rencontres se font dans un restaurant Chilien et que les alliances s’affichent au McDo espérons que la suite logique ne soit pas celle des français aux restos du Coeur…

SireDrake.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Mapresidentielle2017 |
Moonturkey15 |
45usa |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour1gauche
| Pôle Radical et Ecologiste
| Le Député fictif